Votre page d’accueil est inutile, et maintenant ?

Cela fait plusieurs années que les éditeurs de contenu s’arrachent les cheveux pour essayer de repenser l’expérience de lecture ou la mise en page pour pouvoir augmenter à la fois leur inventaire publicitaire (le nombre de pixels qu’ils peuvent vendre aux annonceurs) et la fréquentation (le nombre de visiteurs et de pages vues). Le problème est que l’équilibre entre confort de lecture et monétisation est très délicat à trouver. Dernièrement, ces éditeurs ont été confrontés à un double défi :

Autant vous l’avouer directement : je n’ai pas la formule magique, car il y a tout simplement trop de facteurs à prendre en compte. La solution pour redonner de l’intérêt à la page d’accueil et faciliter la circulation dans les pages intérieurs est donc à chercher dans le compromis et dans les astuces ergonomiques.

Concernant les compromis, il semble y avoir un consensus pour limiter le nombre de liens en page d’accueil. Ceci libère mécaniquement de la place pour pouvoir afficher plus d’information sur les articles ou des photos plus grandes (les sites du Washington Post et du Boston Globe sont de beaux exemples de page d’accueil saturée). Le deuxième avantage de cette approche est qu’en diminuant le nobre d’articles en page d’accueil, on augmente la fréquence de rotation, donc les raisons pour un internaute de revenir et y découvrir des contenus frais. Le NY Times a opté pour la première solution avec une page d’accueil très sobre (une seule photo) et de larges extraits des articles :

La page d'accueil du NY Times
La page d’accueil du NY Times

À l’inverse, le portail Vox propose uniquement les titres des articles pour laisser les photos s’exprimer :

La page d'accueil de Vox
La page d’accueil de Vox

Même approche chez RTL où l’on choisit de concentrer l’attention sur l’article principal et de laisser les internautes descendre dans la page s’ils le souhaitent à la découverte d’autres contenus :

La page d'accueil de RTL
La page d’accueil de RTL

Le cas de RTL est particulier, car c’est une station de radio, et qu’ils ont choisi de privilégier les contenus à l’antenne. Cette forte baisse du trafic sur la page d’accueil est néanmoins préoccupante pour  les portails d’information, car c’est un carrefour d’audience très important et une zone d’orientation essentielle pour valoriser les différents contenus (et pas seulement les dernières actualités).

Du coup, d’autres éditeurs proposent des astuces comme Quartz ou le Time Magazine qui affichent la liste des derniers articles en colonne de gauche :

La page article du Time Magazine
La page article du Time Magazine

L’utilisation de la colonne de gauche semble être payante puisque cette mise en page a été déclinée sur les autres portails du groupe (Money, Fortune). Une solution particulièrement pratique pour optimiser l’affichage sur les tablettes et smartphones, surtout dans la mesure où ils parviennent à caser une bannière dans la colonne latérale :

La version mobile du Time Magazine (accueil, article, menu)
La version mobile du Time Magazine (accueil, article, menu)

Une autre technique consiste à utiliser la colonne de gauche pour afficher toutes les rubriques et illustrer ainsi la profondeur et/ou la richesse du site, comme le fait le LA Times :

La page article du LA Times
La page article du LA Times

Cette solution permet de gagner une précieuse place en haut de page (par exemple pour des bannières ou de la publicité native) et sert également à mettre en avant leur Visual Browsing, un mode de navigation principalement dédié aux tablettes :

La navigation visuelle du LA Times
La navigation visuelle du LA Times

Comme vous pouvez le constater, il n’y a pas de solution miracle, et chacun essaye de trouver le bon compromis. Pour le moment je constate des tentatives de simplification plutôt timides chez les portails de presse français, mais je me doute qu’ils vont devoir opter pour des solutions plus radicales s’ils veulent fidéliser leur lectorat et surtout mieux s’adapter aux nouveaux usages (notamment mobile).

LA grande question à vous poser est la suivante : votre site est-il lui aussi toucher par une baisse des visites sur la page d’accueil, au profit des pages intérieures. Si c’est le cas, je vous invite à étudier les refontes opérées par ces éditeurs de presse et à faire les transformations qui vous semblent les plus opportunes. Dans tous les cas de figure, il est impératif de surveiller de très près l’impact des médias sociaux sur les flux entrants (pages intérieures vs. page d’accueil) et surtout d’anticiper le basculement des consultations vers des terminaux mobiles. Souvenez-vous de l’analogie de la poule et de l’oeuf : n’attendez pas d’avoir de nombreux mobinautes pour adapter votre mise en page, anticipez plutôt ce changement de comportement pour en bénéficier et non le subir.

Les commentaires sont fermés

Les commentaires sont fermés.