Pourquoi iOS est plus disruptif que vous ne le pensez

Voilà maintenant 4 ans qu’Apple a lancé son iPhone sur le marché. Quatre années intenses qui ont complètement bouleversé le secteur de la téléphonie mobile, mais pas seulement ! Avec le lancement de l’iPad l’année dernière, Apple à initié un mouvement plus profond de transformation des usages qui vont modeler notre façon de consommer les contenus et services en ligne.

Salué pour sa stabilité et sa simplicité de prise en main, le système d’exploitation D’apple est en fait bien plus disruptif qu’il n’y parait, car iOS rend obsolète les éléments d’interface et modalités d’interaction que nous avons côtoyés ces dernières décennies (lire à ce sujet : Quelle interface pour le système d’exploitation de demain ?).

La fin de la souris

Avec iOs, Apple a su populariser les interfaces tactiles signant ainsi la fin de la souris. Inventée dans les années 70 au PARC, la souris a rendu de fièrs services à l’humanité (si si !), mais montre maintenant ses limites face à ce que l’iPhone et surtout l’iPad nous permet de faire avec nos doigts. L’air de rien, la charte graphique et ergonomique d’iOS a permis d’assurer la cohérence des applications et d’éduquer ainsi les utilisateurs à une interface sans souris. Certes, nous y perdons le clic droit et le survol, mais nous gagnons les gestuelles à plusieurs doigts (cf. Vers une standardisation des interfaces tactiles).

Avec les interfaces tactiles, vos doigts remplacent la souris

Là où ça devient intéressant, c’est qu’en nous passant de la souris, nous pouvons également nous passer des barres de défilement horizontales ou verticales : iOS, OS X and The Death of the Scrollbar.

La question que l’on se pose maintenant est la suivante : comment bénéficier des apports des interfaces tactiles avec les ordinateurs traditionnels ? Facile, vous pouvez soit utiliser le Magic Trackpad, soit utiliser les ordinateurs de bureau avec écran tactile. Finalement peut-être est-ce là le secret : utiliser une combinaison de souris, écran tactile et pourquoi pas trackpad géant (10/GUI réinvente le pavé tactile pour remplacer la souris).

La fin du clavier

Apple a également introduit pas mal d’innovations pour son clavier virtuel. Il y a tout d’abord le système de correction avec son principe d’auto-apprentissage, mais il y a surtout l‘adaptation du clavier au contenu que vous devez saisir :

Les différentes configurations de clavier sur iPhone

Une innovation bien pratique qui compense la perte de rendement (vitesse de frappe) et qui trouve par ailleurs un écho auprès des fabricants de claviers comme l’Optimus Maximus. Certes, le clavier virtuel n’est pas une solution envisageable pour ceux qui doivent saisir une grande quantité de texte, mais pour les autres…

La fin des logiciels

Autre approche disruptive d’Apple : remplacer les logiciels par des mini-applications. Un coup de génie pour Apple qui a ainsi pu verrouiller son système de distribution, mais également une nouvelle approche de la consommation des services en ligne.

Des centaines de milliers d'applications disponibles pour iOS

En adoptant une approche fragmentée de l’outil informatique (une multitude d’applications monotâches par opposition aux suites logicielles), Apple a mis en place un système lui permettant de nourrir tout un écosystème par le biais de micro-transactions, mais également un moyen de contourner les limitations du navigateur embarqué. Les sites web sont ainsi remplacés par des applications connectées qui permettent de mieux tracker et encadrer les utilisateurs.

Autre conséquence d’une approche fondée sur les mini-applications : la disparition du navigateur de fichiers (cf. Observed, The Death of the File System). Là encore, on se dit qu’un système d’exploitation comme Mac OS pourrait bénéficier de cette approche avec une gestion semi-automatisée des fichiers : tout comme iTunes se charge d’organiser vos fichiers musicaux, nous pouvons tout à fait envisager des applications qui se chargent elles-mêmes de ranger et d’accéder à vos fichiers de travail. Une aberration ? Pas tant que ça si l’on envisage un système automatique débrayable.

Notez que ça fonctionne aussi pour les photos avec iPhoto ou Picasa qui propose un navigateur intégré.

La fin de l’ordinateur ?

Plus de souris, plus de clavier, plus de logiciels ou de navigateur de fichiers, ça en fait des changements ! Pour autant peut-on dire qu’iOS est le système d’exploitation qui va remplacer ceux des ordinateurs traditionnels ? Non absolument pas, ça serait faire un raccourci abusif. Par contre je pense ne pas me tromper en disant qu’iOS couplé à l’iPad a su montrer au grand public qu’une partie de ses besoins quotidiens ne nécessitaient pas forcément un ordinateur traditionnel.

L’adoption par le grand public de l’iPad a eu ainsi un impact immédiat sur les ventes de netbooks. Nous pouvons également constater une modification plus profonde des habitudes de consommation : Tablets Starting to Replace Other Traditional Devices. iOS et l’iPad ont donc initié un mouvement de transformation des habitudes des utilisateurs de l’outil informatique, Apple a réussi là où les constructeurs de netbooks ont échoués. Mais la partie n’est pas pour autant terminée car Google mise beaucoup sur son système d’exploitation Android et surtout sur son Chrome OS et le principe du cloudbook.

Il y a deux ans je m’interrogeais sur la nécessité d’adapter les sites web aux spécificités des netbooks. L’année dernière, j’avais une réflexion similaire pour les touchbooks : Faut-il réinventer le web pour les touchbooks ?. Au vu du succès de l’iPad et des ambitions de ses concurrents, il me semble évident que les éditeurs de contenus, services en ligne et même logiciels doivent dès maintenant tirer les leçons du succès d’iOS et commencer à faire évoluer leur offre pour mieux correspondre aux nouvelles habitudes des utilisateurs.

Conclusion : avec iOS, Apple a-t-il réinventé l’outil informatique ? Non, il l’a fait évoluer durablement, il ne tient qu’à vous d’en profiter plutôt que de la subir. La bonne nouvelle est que vous avez encore un peu de temps devant vous pour anticiper les changements qui vont en découler, mais ne tardez pas trop !

22 commentaires pour “Pourquoi iOS est plus disruptif que vous ne le pensez”

  1. Posté par Lo a dit : le

    Interessante analyse.
    Je pense neanmoins qu’il y aura diverses interfaces, adaptees aux utilisations ou aux outils. Il y a une limite au tactile.
    Personnellement, je me vois mal travailler sur une crea necessitant de la precision, sur Xpress ou Photoshop par exemple, en mode tactile et sans clavier.
    Les doigts cacheraient le contenu ou la zone visee, saliraient l’ecran de maniere plus intensive, etc…  la souris ne risque pas de vraiment mourir. De changer certes, de mourir non.

  2. Posté par Frédéric CAVAZZA a dit : le

    @ Lo > 100% d’accord avec toi, les ordinateurs traditionnels restent absolument indispensables pour les applications métier et/ou de productivité. Par contre, pour des usages occasionnels ou informels, nous pouvons peut-être nous en passer (du moins petit à petit).

  3. Posté par De l’intérêt des touchbooks comme écrans secondaires | TerminauxAlternatifs.fr a dit : le

    […] eu l’occasion de m’exprimer sur les nombreux usages des touchbooks ainsi que sur leur approche disruptive de la consommation des contenus et services. Il n’empêche que malgré l’âge […]

  4. Posté par FredCavazza.net > L’écosystème numérique de demain est en train de se construire avec Google, Apple et Amazon a dit : le

    […] à la réalisation de cette vision : L’évolution de l’informatique traditionnelle (cf. Pourquoi iOS est plus disruptif que vous ne le pensez). L’idée n’est pas de proposer des smartphones ou des touchbooks plus puissants ou […]

  5. Posté par L’écosystème numérique de demain est en train de se construire avec Google, Apple et Amazon | Dsiig a dit : le

    […] à la réalisation de cette vision : L’évolution de l’informatique traditionnelle (cf. Pourquoi iOS est plus disruptif que vous ne le pensez). L’idée n’est pas de proposer des smartphones ou des touchbooks plus puissants ou […]

  6. Posté par laurange a dit : le

    La metaphore du camion et de device mobile par Steve Jobs etait tres representative de l’avenir apparent de l’informatique
    J’essaye de passer vers une utilisation presque totale de l’ipad comme « machine principale » : couper les fils avec un forfait data et l’avoir en permanence avec moi.
    reste le fil virtuel au pc/mac pour les maj et sauvegardes et certains sites « institutionnels » qui se reposent sur flash.
    mon utilisation de l’informatique a ete transformee depuis l’apparition de l’ipad.

  7. Posté par Jean-Dimitri Dewavrin a dit : le

    En complément, j’avais écrit en Aout un article sur Goopple.fr montrant comment Apple était en train de faire disparaitre les fichiers.
    http://goopple.fr/2010/08/10/apple-disparaitre-fichiers-macs/

    C’est vrai pour iOS bien sur, et cela semble le devenir pour Mac OS X avec Lion http://goopple.fr/2010/10/26/mac-os-x-lion-fin-fichiers/

  8. Posté par Dolmen a dit : le

    La fin du filesystem sur les mobiles, c’est pas nouveau. C’était très appréciable sur Palm OS (en tant qu’utilisateur et en tant que développeur). Malheureusement, dès que l’on met des périphériques de stockage externes (SDCard) destinés à être utilisés sur des systèmes classique, il revient.

  9. Posté par KPM a dit : le

    dolmen> probablement la raison pour laquelle il n’y a justement pas de dispositif de stockage externe sur iOS.

  10. Posté par FredCavazza.net > L’actualité des mes autres blogs (mai 2011) a dit : le

    […] études sur l’évolution des intranets.L’actualité de l’utilisabilité sur SimpleWeb.fr :Pourquoi iOS est plus disruptif que vous ne le pensez ;Plusieurs études sur l’utilisabilité et les usages des touchbooks.L’actualité de la […]

  11. Posté par Paul Camicas a dit : le

    dolmen> Effectivement, iOS n’est peut-être pas l’instigateur de ces innovations, mais en est le meilleur vulgarisateur.

    Un petit bémol sur la remarque portant sur la « fin des logiciels ». Me concernant, les apps d’iOS me semblent être moins d’avenir que les solutions full web proposées par Google, même si le problème se pose encore de la connexion illimité sur le mobile. Peut-être avec l’arrivée de Free ?

  12. Posté par AntoineD a dit : le

    Sauf erreur de ma part un PC (ou un Mac) reste obligatoire avec l’iPhone et l’iPad. Ne serait-ce que pour l’activer, pour les mises à jours, etc. La dernière étape est de couper ce « cordon ».

  13. Posté par FredCavazza.net > La fin de l’ordinateur individuel est programmée a dit : le

    […] a été de simplifier l’interface et surtout de repenser l’outil informatique (cf. Pourquoi iOS est plus disruptif que vous ne le pensez). L'iPad d'AppleAinsi ce n’est pas tant le hardware qui a évolué que le software. […]

  14. Posté par La fin de l’ordinateur individuel est programmée | ME a dit : le

    […] De même, les tablettes tactiles existent depuis près de 20 ans, mais souffraient de gros problèmes ergonomiques. Elles aussi ne parvenaient pas à tenir la promesse d’une informatique nomade et tactile. Il a fallu attendre la sortie de l’iPad pour viabiliser le concept de touchbook. La touche de génie d’Apple a été de simplifier l’interface et surtout de repenser l’outil informatique (cf. Pourquoi iOS est plus disruptif que vous ne le pensez). […]

  15. Posté par L’écosystème numérique de demain est en train de se construire avec Google, Apple et Amazon « technistyle a dit : le

    […] à la réalisation de cette vision : L’évolution de l’informatique traditionnelle (cf. Pourquoi iOS est plus disruptif que vous ne le pensez). L’idée n’est pas de proposer des smartphones ou des touchbooks plus puissants ou performants […]

  16. Posté par Comprendre le e-commerce : 100% design a dit : le

    […] Les derniers articles : Comment lutter contre le phénomène de banner blindness Plusieurs études sur l’utilisabilité et les usages de touchbook Pourquoi iOS est plus disruptif que vous ne le pensez […]

  17. Posté par FredCavazza.net > Les leviers d’innovation du web pour les 5 prochaines années a dit : le

    […] ils nous permettent d’être connectés en permanence, mais ils nous montrent également une autre façon d’appréhender l’outil informatique.Les pratiques sociales. Inutile de vous faire l’article sur l’importance que les […]

  18. Posté par La fin de l’ordinateur individuel est programmée | Club Linux Atomic a dit : le

    […] d’Apple a été de simplifier l’interface et surtout de repenser l’outil informatique (cf. Pourquoi iOS est plus disruptif que vous ne le pensez). L'iPad […]

  19. Posté par Des bibliothèques de composants d’interfaces mobiles – magazine a dit : le

    […] qui concernent les interfaces mobiles. Un manquement impardonnable tant le sujet est chaud (Pourquoi iOS est plus disruptif que vous ne le pensez) et le besoin est pressant (2011, l’année du point de […]

  20. Posté par FredCavazza.net > Rétrospective des meilleurs articles 2011 a dit : le

    […] Pourquoi iOS est plus disruptif que vous ne le pensez ; […]

  21. Posté par FredCavazza.net > Du SoLoMo au ToDaClo, quelles tendances pour 2012 ? a dit : le

    […] Elles permettent de casser les conventions et de proposer des interfaces de productivité plus intuitives et surtout plus disruptives. […]

  22. Posté par FredCavazza.net > Du SoLoMo au ToDaClo, quelles tendances pour 2012 ? | I am a Bridge (Hugues Rey Blog) a dit : le

    […] Elles permettent de casser les conventions et de proposer des interfaces de productivité plus intuitives et surtout plus disruptives. […]